1000 Watts – Don de 10 euros à Face à l’inceste ❣️

 

Convertissez vos Watts en un don de 10 euros

à Face à l’inceste❣️

 

Protéger l’enfance, combattre le silence

Face à l’inceste est une association qui combat le tabou de l’inceste. Créée en 2000, animée par plus de 35 bénévoles survivants de l’inceste, proches de survivants, professionnels et citoyens impliqués dans la lutte contre le fléau de l’inceste, l’association compte plus de 400 adhérents. Fondée par Isabelle Aubry, survivante de l’inceste, l’association est ouverte aux victimes de l’inceste et de pédocriminalité et à leurs proches et à toute personne citoyenne du monde, désireuse de soutenir la cause que Face à l’inceste défend. L’inceste n’a pas de frontières, Face à l’inceste non plus. Partout où ce fléau de santé publique sévit, l’association a une raison d’être et d’agir.

Des enfants protégés pour une société équilibrée

Un enfant victime d’inceste ou de pédocriminalité c’est un destin brisé, une société déséquilibrée. Comment accepter qu’un enfant soit en danger auprès de ceux qui sont censés le protéger : famille, institutions, autorités politiques. Comment prévoir dans la loi qu’un enfant puisse consentir à un acte sexuel avec un adulte membre de sa famille ? Aujourd’hui, ce fléau de santé publique n’est pas pris en compte. Le chiffre de l’inceste est produit par l’association depuis 2009. Il n’existe pas de plan de prévention, pourtant Face à l’inceste en propose un depuis 2004. Sa vision est simple : un enfant devrait être en sécurité auprès de ses proches (famille, école, association sportive…). Ceux qui s’exposent au tabou de l’inceste pour le protéger doivent être aidés et protégés eux-mêmes (parents protecteurs, professionnels…). Pour cela, une volonté politique est nécessaire, une prise de conscience collective est indispensable. Selon l’association, la prévention est la meilleure voie à emprunter car elle évite la souffrance aux enfants. Pour le moment elle n’existe pas en France. Cela doit changer, c’est le combat de Face à l’inceste.

A l’origine… Changer la loi pour protéger les enfants

« AIVI naît en 2000 de la rencontre de deux survivantes de l’inceste, Isabelle Aubry, fondatrice du premier site internet francophone sur l’inceste et de Melle Marie.

Sortie du déni à 32 ans, Melle Marie veut arrêter son grand-père agresseur. Elle sait qu’il continue à violer des enfants et décide de porter plainte. Malheureusement, le délai de prescription est dépassé, la société a décidé qu’il ne peut plus être poursuivi pour ses crimes.

La prescription ou « le passeport pour le viol d’enfants » protège les agresseurs au détriment des enfants. C’est l’inverse de la prévention. Il nous faut changer cela et nous allions y consacrer toutes nos forces. Face à l’inceste naît pour protéger les enfants d’un crime et d’un fléau de santé publique que nous connaissions bien : l’inceste et le silence qui l’entoure.

Le silence favorise l’inceste, y compris le silence de la loi. C’est pourquoi nous décidons que ce crime, exclu du code pénal à la révolution française doit y être à nouveau inscrit comme un crime spécifique.

Nous voulons ce crime spécifique car questionner un enfant sur son consentement à l’inceste est insupportable. Isabelle Aubry l’a vécu lors du procès de son père. La loi est ainsi faite que même si un père agresseur reconnait les faits et que le consentement de l’enfant est retenu, ce dernier peut ne pas être condamné ou alors pour une peine moindre.

Notre pays aussi doit ouvrir les yeux et mettre en place les mesures nécessaires pour protéger les enfants. Nous voulons qu’un plan gouvernemental soit créé. Nous rédigeons nos propositions. »

Victoires : d’abord nommer l’inceste

« En 2000, lorsque l’on recherchait le mot « inceste » sur internet, les réponses nous renvoyaient toutes vers des sites pornographiques. Depuis, nous nous battons pour que l’inceste sorte de l’ombre et que ce fléau de santé publique soit reconnu comme une grande cause. Nous luttons depuis notre création pour l’imprescriptibilité, l’insertion de l’inceste dans le code pénal, l’abolition de la recherche du consentement de l’enfant et la mise en place d’un plan de prévention. Voici quelques avancées auxquelles nous avons contribué et les victoires que nous avons obtenues :

2000 : Isabelle Aubry crée le premier site internet d’information sur l’inceste en langue francophone dans le monde. Un an plus tard, celui de l’association voit le jour.

2004 : nous collaborons avec le député Gérard Léonard, dossier à l’appui, nous auditionnons à l’Assemblée, au Sénat, manifestons deux jours durant devant le Sénat, et contribuons au rallongement du délai de prescription de 10 ans.

2004 : pour notre opération 50 000 nounours face à l’inceste, plusieurs personnalités acceptent de se mobiliser : Nicole Croisille, Bruno Solo, Valérie Mairesse, Marie Bunel, Tina Kieffer, Yvan Le Bolloc’h, Jacques Seguela… Nous lançons notre première campagne média. Des milliers de personnes viennent nous rejoindre Place de la Bastille. Les médias sont au rendez-vous, les politiques aussi. Plus de 10000 personnes signent notre manifeste proposant un plan de prévention. On parle vraiment de l’inceste.

2004 : pour la première fois, notre demande est entendue, le Ministre de la Justice s’engage publiquement à insérer l’inceste dans le code pénal

2004 : le Premier Ministre nomme la première mission parlementaire en vue d’insérer l’inceste dans le code pénal

2005 : notre campagne media « A ce jeu là les enfants sont toujours perdants » dérange mais fait le buzz

2006 : notre livret d’information « Des mots, des maux » et son exposition itinérante d’information sur l’inceste sont accueillis à Emerainville

2008 à 2010 : nos congrès scientifiques annuels internationaux font salle comble. Des centaines de professionnels viennent se former sur le soin aux victimes, la parentalité, la prévention

2008 : le 8 mars pour la journée de la femme, Isabelle Aubry, présidente de l’AIVI, est élue Femme Formidable par le jury de Femme Actuelle pour son action visant à insérer l’inceste dans le code pénal. L’AIVI reçoit le premier prix.

2009 : nous obtenons le soutien d’AXA Atout Coeur pour financer le premier chiffre de l’inceste en France : 2 millions de victimes (Ipsos)

2010 : soutien d’AXA Atout Coeur pour financer le premier sondage comparant la santé des Français à celle des victimes d’inceste

2010 : deuxième mission parlementaire sur l’inceste. Des centaines de victimes membres de l’association témoignent officiellement.

2010 : première loi pour l’insertion de l’inceste dans le code pénal (loi abrogée en 2011)

2010 : vote de l’article 222-22-1 du code pénal dans le but d’éviter la recherche du consentement de l’enfant en cas d’inceste

2010 : le 8 mars, pour la journée de la femme, Isabelle Aubry, présidente de l’association est élue femme de l’année par les auditeurs de RTL et les lectrices de Femme actuelle

2011 : publication des recommandations de la Haute Autorité de Santé sur le dépistage et la protection des mineurs victimes d’inceste

2015 : nous autofinançons le deuxième et unique sondage sur le nombre de victimes en France : 4 millions (Harris Interactive)

2015 : nous obtenons le soutien de Publicis Conseil qui réalise pour nous la campagne média « Tous les enfants ne sont pas pressés d’être à Noël ».

2015 : IDS Santé et la BPCE financent notre programme d’information sur l’inceste dans 6000 cabinets médicaux. 150 000 dépliants seront mis à la disposition de grand public. Pour la première fois en France, nous diffusons l’information sur la prise en charge des soins à 100% par la sécurité sociale.

2016 : deuxième loi pour l’insertion de l’inceste dans le code pénal

2018 : rallongement de la prescription de 10 ans »

 

Pour convertir vos 1000 Watts en un don de 10 euros à Face à l’inceste : envoyez un mail (objet : Dons Watts) à notre équipe à l’adresse dons@wattsplan.com mentionnant le titre du don et votre identifiant de membre (nom/prénom ou pseudo ou email d’inscription).

 

En savoir plus sur les Watts gagnés

 

Face à l’inceste en chiffres…

6500 membres enregistrés sur le site
400 adhérents soutiens actifs
35 bénévoles porteurs des actions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.